Vénus parade

Création 2021

Conception, réalisation, sculptures
Yvan Clédat & Coco Petitpierre
Livret
Anne-James Chaton

Vénus Parade est une œuvre participative et déambulatoire, conçue pour l’espace public et soixante participants. Six vénus paléolithiques portées sur des palanquins,  six bannières à leur éffigie et six chorales forment une longue procession organisée sur le mode d’un pardon breton.

Toutes les vénus paléolithiques qui nous sont parvenues sont des sculptures de petite taille -certaines mesurent à peine quelques centimètres- réalisées dans des matériaux divers : pierre, ivoire ou terre cuite.  Leur origine géographique s’étend des Pyrénées au lac Baïkal et leur caractère souvent stéatopyge est encore sujet à de nombreuses interprétations.  Elle sont  toutes représentées debout, et semblent avoir été conçues pour être emportées avec soi, certaines même en pendentif.

La diversité et la richesse de leurs formes en font autant de petits objets bouleversant d’humanité, dont la charge émotionelle semble avoir traversé les millénaires pour nous parvenir, intacte, afin de célébrer la féminité.

Il nous a plu de nous réapproprier ces œuvres merveilleuses en leur donnant taille humaine.
Il nous a plu aussi de les représenter assises, comme si à la fin d’un si long voyage, à travers les âges, était venu le temps d’un repos bien mérité.
Telles des reliques laïques, nous leur rendons hommage sous la forme processionnelle d’un pardon breton.

Concues et réalisées avec nos matériaux habituels, les sculptures seront d’un aspect précieux et «glossy» à l’instar des figures de notre parade moderne (2013).
Les palenquins seront eux aussi recouvert de la même laque automobile, nacrée et métallisée. Les bannières sont réalisées en tissu et borderie à la manière des pardons bretons. Les participants sont tous revêtus d’un sweat à capuche blanc, comme une référence contemporaine et amusée aux capuches des pénitents.

Description de la parade

La chorale
Vénus Parade s’organisera en six groupes célébrant chacun une vénus paléolithique.
Ces six groupes sont composés de la façon suivante : un percussionniste,  puis cinq choristes,  puis une bannière à l’effigie de la vénus du groupe et enfin la vénus elle-même sur son palanquin porté par quatre participants.  
La partition chantée, que nous souhaitons déclamatoire, entre hymme de manfestation et chant tribal, fait l’objet d’une commande faite au poète sonore Anne-James Chaton.

Les bannières
Brandies par six participants, les bannières sont une référence aux pardons bretons. Nous subsitituons aux saints légendaires (ou objets!) habituellement représentés, les six vénus que nous célébrons. Ces bannières font office également de cartels d’expostion avec les noms, provenances et âges des vénus.

Les palanquins
Quatre porteurs / porteuses, sont mobilisés pour chaque palanquin. (Les sculptures et les palanquins sont légers, aucune force particulière n’est requise.) 

L’installation des sculptures dans l’espace public

Les sculptures peuvent, si le contexte le permet, être exposées dans l’espace public.
Placées en haut de mâts specialement conçus ou integrées à des architectures ou monuments locaux, leurs matériaux sont adaptés à une exposition de longue durée en extérieur.