L’art de vivre (création 2025)

Conception, scénographie, costumes
Yvan Clédat et Coco Petitpierre

Chorégraphie
Sylvain Prunenec, Yvan Clédat et Coco Petitpierre

Distribution
Guillaume Drouadaine
Sylvain Prunenec

Création sonore
Stéphane Vecchione

Création lumière
Yan Godat

Dramaturgie
Beaudoin Woehl

Assistante réalisation textile
Anne Tesson 

L’évidence d’un dialogue chorégraphique entre Sylvain Prunenec et Guillaume Drouadaine nous est venue au cours des répétitions d’un spectacle d’Olivier Martin Salvan dont la distribution intègre la troupe de Catalyse. (Nous en assurons la scénographie et les costumes).

Nous y avons découvert Guillaume, un jeune acteur et danseur gracieux, intense et délicat. Son langage corporel, fluide, léger et quasi organique ainsi qu’une capacité à se concentrer sur de tous petits détails, en font un interprète remarquable.

Nous avons été aussi fascinés par le rapport d’intimité qu’il établit quasi instantanément entre son corps et les objets ou matières qui l’entourent et au milieu desquels il se positionne de lui-même de manière instinctive. La verticalité d’un pied de projecteur, un bout d’escalier, un muret, un bout de mousse : tout semble instantanément appeler un placement de son corps, une positon, une attitude les plus justes possibles.

Les rapports entre la danse et la sculpture (dans un sens étendu) étant constitutifs de l’ensemble de nos créations, nous ne pouvions pas rester indifférents face à cette étonnante sensibilité aux objets !

Ce rapport physique et singulier au monde qui l’entoure, nous l’avons, nous aussi éprouvé -de manière différente – lorsque nous avons vu danser Sylvain pour la première fois il y a bien longtemps. Il nous semblait que tout l’air autour de lui prenait une consistance particulière et s’épaississait. Ces deux danseurs exceptionnels nous semblent avoir bien d’autres points communs: comme leur réserve parfois très silencieuse, ou encore l’intensité et l’importance sans cesse renouvelée des moments vécus sur scène.

Tous deux ont immédiatement été séduits par notre proposition de spectacle. Guillaume a manifesté un très vif intérêt à l’idée de faire duo avec « un grand danseur », et Sylvain, qui a mené de très

nombreux ateliers pour des publics parfois empêchés par l’âge ou le handicap, a tout de suite pressenti la richesse chorégraphique et humaine du projet.

Nous avons imaginé un dispositif où un grand nombre de sphères de tailles diverses sont -au début du spectacle- retenues au centre d’un carré de praticables. Tous les éléments sont habillés de housses, de qualités plastiques et tactiles diverses. Des motifs, signes ou encore images, reproduits sur les sphères rythment dans leur dévoilement progressif la dramaturgique et la chorégraphique du spectacle.

Le caractère organique, cellulaire des sphères retenues et protégées par une structure rigide, n’est bien sûr pas sans évoquer le cerveau et l’activité qui s’y déploie.

Les visages des interprètes, petits volumes fixés sur certaines sphères, sont autant de multiples d’eux-mêmes, qui, labiles, toujours en mouvement, ne demandent qu’à s’échapper.

Ce dispositif pourtant volumineux est conçu dans une économie logistique et intègre un mode de transport réduit et plus écologique : des sphères à gonfler sur place et des praticables, fournis par les lieux d’accueil, simplement recouverts de nos housses.

Yvan Clédat et Coco Petitpierre